mercredi 29 mai 2019

mardi 14 mai 2019

La Coupe de l'America 1920 (1/2)


La Coupe de l'America 1920 (qui aurait dû se disputer en 1914) opposa Resolute du New York Yacht Club à Shamrock IV du Royal Ulster Yacht Club. Resolute l'emporta par 3 victoires à 2.
Photographies de Morice Rosenfeld et Edwin Levick.

jeudi 9 mai 2019

Erika Groth-Schmachtenberger - Les Tziganes du sud de la France


C'est en 1936 qu'Erika Groth-Schmachtenberger se rend en France pour photographier des Tsiganes. Avait-elle en projet un reportage ? Ou la publication d'un livre plus ambitieux (elle s'était déjà rendue dans les Balkans en 1935 pour ce sujet et elle y retournera en 1937) ?

























Source : Bibliothèque Universitaire de Augsbourg

mercredi 8 mai 2019

Des réfugiés européens en Egypte (camp d'El Shatt - 1944)


Début 1944, plus de 30 000 Dalmates se réfugièrent sur l'île de Vis. L'armée britannique décida d'évacuer ces réfugiés (pour beaucoup, des femmes et des enfants) vers le sud de l'Italie. Comme les combats avaient aussi repris dans cette région, il fut décidé de mettre les réfugiés à l'abri dans le Sinaï.
Il fallut attendre 1946 pour que le camp d'El Shatt ferme.
(Photographies d'Otto Gilmore - Septembre 1944)


dimanche 5 mai 2019

Fripouilles, hystériques, banquiers... Un diplomate US vide son sac

En octobre 1921, répondant aux plaintes concernant l'attention que les représentants diplomatiques et consulaires des États-Unis accordaient aux citoyens américains à l'étranger, le Département d'État envoya une circulaire aux officiers diplomatiques et consulaires américains.





Source : David A. Langbart - Rascals, hysterical women, and bankers: Dealing with American citizens abroad, 1921 (via American Diplomacy)

Le Département a noté que «les impressions résultant des expériences des membres du Congrès, des responsables, des hommes d’affaires américains et des touristes ont indéniablement une incidence sur la valeur du service extérieur pour le pays dans son ensemble». La circulaire a en outre précisé que rien ne devait être fait pour donner à quiconque une impression négative de la «valeur et de l'importance du service ou de la courtoisie et de la capacité de son personnel». Le Département a donc ordonné que le personnel soit informé «dans les termes les plus explicites, qu'aucun effort approprié ne devrait épargné pour satisfaire chaque citoyen américain, quel que soit son rang ou sa position, qui s'adresse à la mission pour obtenir de l'aide ou des informations.»
  
En réponse à cette directive, Ulysses Grant-Smith, alors en poste à Budapest, en Hongrie, a envoyé la lettre suivante au sous-secrétaire d'État Henry P. Fletcher, dans laquelle il contestait les hypothèses sous-jacentes de la circulaire du Département.

---

16 novembre 1921
A L'honorable Henry P. Fletcher
Sous-secrétaire d'État
Washington DC

Mon cher sous-secrétaire,
Me référant à la circulaire n ° 67 du Département. . . En ce qui concerne la réception fréquente de rapports concernant les attentions insatisfaisantes accordées aux citoyens américains dans leurs contacts avec les missions, légations et consulats américains, je m'engage très respectueusement et officieusement à formuler les observations suivantes sur le sujet:
Comme le Département le sait bien, le public américain, et même les fonctionnaires de longue date à Washington, font souvent preuve d’un manque surprenant de compréhension de la raison de l’existence, des devoirs et des obligations de notre service diplomatique et consulaire. Il semble regrettable qu’aucune tentative systématique n’ait encore été faite pour les éclairer à cet égard. En raison de cette méprise générale, les voyageurs, qu'ils soient fonctionnaires ou non, s'adressent généralement à nos agents diplomatiques et consulaires, convaincus qu'ils possèdent certains droits personnels à l'égard du temps et de l'attention de ces agents, et que c'est leur devoir. Bref, d'agir en qualité d’agence de tourisme, de représentant personnel, de procureur, de bureau d’information générale et d’aide au progrès social. Tous ceux qui ont servi à l'étranger, et en particulier dans l'un des grands centres, le confirmeront. Le fait que des diplomates ou des consuls, en particulier le premier, pourraient éventuellement occuper un emploi sérieux et de valeur pour le gouvernement central ne semble jamais avoir traversé l'esprit du citoyen moyen. Pour lui, le consul s’occupe certes des affaires qui sont bien utiles; mais le diplomate, au contraire, «représente» les États-Unis dans un pays étranger, à l'image d'un personnage en cire, pour exposer le produit de notre civilisation ou pour servir de missionnaire pour la propagation des idéaux américains. La représentation diplomatique, dans son sens le plus sérieux, ne s’est ni présentée aux esprits du peuple américain, ni même à celle de notre représentant étranger moyen, pour la simple raison qu’il en ignore fréquemment l’existence. Conséquence de cette méconnaissance du public, les officiers diplomatiques et consulaires se retrouvent souvent gênés devant un citoyen déterminé, conscient de ses «droits» et qui considère que le non-respect de ses exigences est une petite trahison.

Je remarque que le ministère indique qu '«aucun effort approprié ne devrait être épargné pour satisfaire chaque citoyen américain, quel que soit son rang ou son poste, qui demande de l'aide ou des informations à la mission». Cela soulève naturellement la question de savoir ce que l'on entend par effort approprié. Il est facile pour un individu déraisonnable de faire des demandes déraisonnables à un fonctionnaire et, après avoir été déçu, de le dénoncer au département d’État, probablement par l’intermédiaire de son représentant au Congrès. D'après mon expérience personnelle, les personnes qui se sont plaintes de moi auprès du Département ont été presque toujours des personnes dont j'ai prouvé qu'elles étaient des fripouilles. Ceci, bien sûr, en dehors des dames hystériques. Je me permets donc de citer un certain nombre de points sur lesquels il serait intéressant de connaître la décision du ministère quant à leur pertinence, aux demandes ou attentes des déposants ou appelants américains auprès d'une mission diplomatique ou d'un consulat:
(1) Demandes de réservation d'hôtel et que faire si la personne ne se présente pas et si l'hôtel demande à être remboursé? Cela peut-il être imputé au fonds de réserve?
(2) Achat de billets de chemin de fer et de navires à vapeur;
(3) Envoi de télégrammes privés sur la signature officielle;
(4) Utilisation du téléphone longue distance par des personnes privées ou en leur nom;
(5) Envoi de passeports à diverses missions pour obtenir des visas;
(6) Fournir un interprète soit pour des entretiens d’affaires, soit pour accompagner les visiteurs en ville;
(7) engager des domestiques;
(8) Recherche des bagages perdus et réexpédition quand ils sont retrouvés - paiement des frais;
(9) les demandes de touristes, sans revendication particulière, à présenter au chef de l'Etat ou à d'autres fonctionnaires;
(10) attente des personnes qui nous avisent de leur arrivée à l'avance, à rencontrer dans le train;
(11) Une automobile devrait être mise à leur disposition, en particulier si des entretiens sont organisés avec des représentants du gouvernement;
(12) Que quelqu'un les accompagne à de tels entretiens, de préférence le chef de mission;
(13) Encaisser ou endosser des chèques personnels ou consentir des prêts à des personnes. Le refus de le faire est une cause fréquente de délit chez les appelants. Le ministère garantira-t-il aux officiers du service diplomatique contre toute perte en cas d’endossement de chèques ou de prêt?

Les visiteurs sont parfois offensés quand le chef de mission ne fait pas le premier appel à leur arrivée et le sont encore plus s'ils ne sont pas invités à un déjeuner ou à un dîner.

Il n'y a pas si longtemps, un banquier américain connu a été offensé par l'impossibilité de lui assigner un interprète, bien que j'aie expliqué qu'un acte récent du Congrès nous avait obligés à renvoyer tous nos employés étrangers à la mission. Un autre banquier éminent m'a demandé de le faire appeler par les principaux responsables gouvernementaux à son hôtel.

Au cours des 18 dernières années, je me suis constamment efforcé de donner à chaque visiteur intelligent un aperçu des véritables fonctions du service diplomatique, mais je dois avouer que je ne peux me souvenir que de l'un des cas où un sénateur, un membre du Congrès ou un homme d'affaires a manifesté le désir de faire connaissance. avec le fonctionnement intérieur et les réalisations du service, et cette personne était un membre du Congrès qui a récemment visité cette mission. Ils se font généralement une idée de l’utilité du travail accompli pour le gouvernement et le peuple des États-Unis par le degré d’attention accordée à leurs demandes ou par les attentions sociales qu’on leur a témoignées et, en conséquence, j’ai souvent entendu des éloges enthousiastes pour de parfaits incompétents.

En outre, alors que le citoyen moyen est très enclin à critiquer les fonctionnaires de notre service diplomatique pour des raisons sociales ou commerciales, ils ne semblent nullement disposés à rechercher si la raison en était une idée fausse de leur part ou une inefficacité du fonctionnaire, ou encore moins dans une disposition de la part du Congrès; et dans ce dernier cas, ils semblent encore moins disposés à s'efforcer d'appliquer un correctif à la source.

J'espère que vous pardonnerez la discussion un peu longue et franche sur ce sujet, mais c'est un sujet qui touche le cœur de chaque membre du service diplomatique et il semblerait qu'il soit grand temps que les critiques du public voyageur fassent d'une audience.
Je suis, mon cher sous-secrétaire,
Cordialement à vous,
/ s / U. Grant-Smith

Les archives diplomatiques US ne conservent pas de réponse à cette lettre !

Source : David A. Langbart - Rascals, hysterical women, and bankers: Dealing with American citizens abroad, 1921 (via American Diplomacy)

Grant-Smith était un vétéran du service diplomatique. Il a commencé sa carrière en 1903 en Turquie. Par la suite, il fut affecté en Grande-Bretagne (1906), au Chili (1908), en Belgique (1909), en Autriche-Hongrie (1912) et au Danemark (1917), gravissant lentement les échelons. Après son affectation à Budapest en tant que commissaire en 1919, Grant-Smith fut le premier ambassadeur américain en Albanie (1922-1925), puis l'ambassadeur américain en Uruguay (1925-1929). Il prend sa retraite en janvier 1930 et décède en 1959 à l'âge de 88 ans.

Articles les plus consultés