mardi 6 janvier 2099

LA PRAVDA - MAISON DE PLAISIRS

VISITEZ LA PRAVDA - MAISON DE PLAISIRS

Hommage d'Eugène Delacroix aux faussaires, truqueurs, margoulins et plagiaires publiés sur Agoravox


- Une Pinacothèque qui regroupe un ensemble d'illustrations grand format.
- Un salon de lecture qui regroupe des articles et des billets sélectionnés.
- Un rade où l'on bavarde.
- Et des boudoirs secrets réservés aux membres inscrits.


jeudi 20 septembre 2018

Exercices collectif de gymnastique rythmique par des élèves d'Émile Jaque-Dalcroz (c. 1910)


En salle ou en plein air, les élèves du musicien suisse Emile Jaque-Dalcroze font des exercices collectifs de gymnastique rythmique.
Photographies de Fred Boissonnas. Thème de son exercice : capturer le mouvement !
Source : Bibliothèque de Genève


jeudi 13 septembre 2018

Portraits ethnographiques de Kirghizes (c. 1880)


Humus attribue ces portraits de Kirghizes au photographe Karl Andreyevich Fischer et il les date des années 1870. Je n'ai rien trouvé qui permette de confirmer ou d'infirmer cette attribution. On ne peut que croire Humus sur parole puisqu'il n'a pas pour habitude de sourcer les photos qu'il publie. 
Une version ethnographique des mugshots ?


dimanche 9 septembre 2018

Quand Staline serre les boulons, c'est Chostakovitch qui trinque




En URSS, à partir de 1928, les temps étaient au serrage des boulons. Chostakovitch en fit les frais au moins à deux reprises.
En 1928, c'est son ballet L'Âge d'Or (l'histoire d'une équipe de foot russe en tournée dans un pays capitaliste) qui ne passa pas le cap de la 18ème représentation. Victime d'une mauvaise inspiration, Chostakovitch y avait intégré plusieurs danses bien peu prolétariennes (fox-trot, tango, cancan ou claquettes) aux yeux des censeurs staliniens.
En 1930, il récidive avec Le Boulon, une critique du travail bâclé dans les usines. Cette fois, il n'y eut qu'une seule représentation ! De cette mise en scène, il ne reste que ces maquettes de costumes et quelques photos prises pendant les répétitions...

jeudi 6 septembre 2018

Des enfants vendeurs de journaux à la criée (vers 1910) II/V

Louis Gabriel (13 ans) avec ses frères Eddie (10 ans) et Johnnie (7 ans). Le 19 avril 1912, Hine a trouvé les deux ainés vendant des journaux après 1h du matin. Ils lui ont dit avoir gagné 3$, mais certains soirs ils ne gagnent presque rien. Washington, D.C.. Avril 1912.
Photo : Lewis Wickes Hine - Source : Bibliothèque du Congrès, Washington
Une fois n'est pas coutume, ce billet commence par la bibliographie ! Si vous n'avez que quelques instants ou si vous arrivez là par hasard, faites un tour sur le site de Joe Manning :
Lewis Hine Project
Vous y passerez bien plus de temps qu'ici !

Les photos de Lewis Wickes Hine ne sont pas innocentes. Elles peuvent hanter les consciences, heurter des sensibilités. C'est d'ailleurs leur but. Ce sont des photos militantes qui s'appuient sur une rhétorique de l'image. Sans misérabilisme, sans recherche du sensationnel, sans mises en scènes spectaculaires, ce sont de simples portraits d'enfants, de ceux qui font le succès des sites de photos vintage. Devant et derrière l'appareil, c'est la common decency, telle que la théorisera plus tard Orwell, qui est à l'oeuvre... et c'est très violent ! (note 1).

NB : J'ai choisi de limiter cette série de billets aux Newsboys (ou newsie). Elles sont moins construites que celles prises dans les champs ou dans les usines, où le regard peut être captivé par l'ambiance ou l'esthétique de certaines lumières. A mon sens, elles n'ont sont que plus fortes !

Des enfants vendeurs de journaux à la criée (Partie I/V)


lundi 3 septembre 2018

Marchés aux puces parisiens en 1941


Photographies d'André Zucca. Puces de Montreuil, porte de Bagnolet et Puces de Saint Ouen, porte de Bagnolet. Reportage réalisé en mai 1941.


vendredi 31 août 2018

Werner Jorns - Jérusalem au début des années 30

En haut à droite, une enseigne amusante. Un tailleur européen pour dames, messieurs et ecclésiastiques masculins. Où va se nicher le sexisme ! Il n'habille pas les bonnes soeurs...

Comme d'habitude, Humus ne donne pas beaucoup plus de précisions et aucune source pour ces photos. Werner Jorns est peut-être l'archéologue allemand.


mardi 28 août 2018

Road Trip dans la Vallée de la Mort (1926) Part II/III


L'album souvenir d'une excursion de dix jours en 1926. La Death Valley, ses déserts, ses Indiens et ses autochtones, ses oasis et ses villes fantômes, ses mines abandonnées et ses routes pourries.
Source : UC Berkeley - Bancroft Libray, via Online Archive of California

dimanche 26 août 2018

William Johnson photographie l'Inde (c. 1855-1862) - IV/IV

A Sketch From Mazagon Hill, Bombay [Johnson, William]
DeGolyer Library, Southern Methodist University - Dallas, Texas

Ne me demandez pas ce que ces photos anglaises font dans la bibliothèque d'une université méthodiste du Texas ! Je n'en sais rien...


samedi 18 août 2018

Portraits ethnographiques d'homme Bachkirs (c. 1880)


Humus attribue ces clichés ethnographiques de Bachkirs au photographe Karl Andreyevich Fischer et il les date des années 1870. Je n'ai rien trouvé qui permette de confirmer ou d'infirmer cette attribution. On ne peut que croire Humus sur parole puisqu'il n'a pas pour habitude de sourcer les photos qu'il publie. 
Les dames sont par ici !


dimanche 12 août 2018

William Johnson photographie l'Inde (c. 1855-1862) - III/IV

William Johnson - Bangalore Hamalls, or Bearers  - c. 1855-1862
DeGolyer Library, Southern Methodist University - Dallas, Texas

Ne me demandez pas ce que ces photos anglaises font dans la bibliothèque d'une université méthodiste du Texas ! Je n'en sais rien...

mercredi 8 août 2018

John Dominis - La vallée de la pauvreté (1964)


Ce n'est pas par hasard que LIFE publia en janvier 1964, sur 12 pages, un reportage photographique intitulé The Valley of Poverty.
La population blanche qui vivait dans l'est du Kentucky n'était pas le coeur de cible de ce magazine, mais le projet de Great Society du président démocrate Lyndon B. Johnson commençait à prendre forme.
C'est John Dominis qui se rendit dans les Appalaches en plein hiver. Aujourd'hui, Dominis est surtout connu pour ses photos d'actualité ou sportives (on lui doit la célèbre photo du podium du 200 m masculin à Mexico), mais aussi pour ses portraits de Steve McQueen ou de Frank Sinatra.
Dans l'esprit de la photographie documentaire américaine et à la suite des photographes de la Farm Security Administration, Dominis, dans ses photos de la Vallée de la pauvreté, traite les habitants avec le même respect que les vedettes et évite le folklore misérabiliste d'une certaine photographie humaniste.
Présentation du reportage sur le site de TIME

lundi 6 août 2018

Jean Lorrain - Au bal des Mille-Colonnes

1908


Lundi 9 mars - Lundi soir, au bal des Mille-Colonnes, rue de la Gaîté.

Une salle surchauffée, électrisée de fluide humain, saturée d'exhalaisons rousses comme du brouillard en novembre. Des fresques criardes s'assortissaient aux hurlements des cuivres de l'orchestrion.
Des ouvriers endimanchés, nombre d'apprentis de métiers vagues et surtout une nuée de ces êtres réfractaires et asymétriques que l'engeance qui les traque et les méprise appelle voyous s'y trémoussaient deux par deux ou avec des danseuses le plus souvent veules  et bonnes filles.
Par moment, dans cette cuvée de jeune chair gueuse, le remous ressemblait à une ébullition.
Dans le tas des lurons, qui s'affriolaient de houblon, d'alcool, de vertige et de chair, l'un d'eux mémorable, - à preuve ce récit, - nous requit aussitôt par son galbe hors pair, une étonnante souplesse de mouvements, une élégance inattendue.


vendredi 3 août 2018

Des vacances pourries à Brighton


En Angleterre, quand il ne pleut pas, c'est pas triste ! Des gosses qui braillent, d'autres qui se baignent dans des détritus, des papiers gras et des remugles de fish and chips, des parents qui bronzent idiot et des vieux momifiés.
C'est Brighton et sa clientèle populaire photographiés par Martin Parr.

mercredi 1 août 2018

Road Trip dans la Vallée de la Mort (1926) - I/III


L'album souvenir d'une excursion de dix jours. La Death Valley en 1926, ses déserts, ses Indiens et ses autochtones, ses oasis et ses villes fantômes, ses mines abandonnées et ses routes pourries.
Source : UC Berkeley - Bancroft Libray, via Online Archive of California

lundi 30 juillet 2018

Imaginer un tigre au XIIème siècle


L'avantage, lorsqu'on illustre un bestiaire et qu'on vit dans l'Angleterre de la fin du XIIe siècle, c'est qu'on peut se permettre quelques fantaisies quand il s'agit de dessiner un tigre.
Par exemple, utiliser tous les crayons de couleurs qui sont dans la boîte quand le patron du scriptorium a le dos tourné.


samedi 28 juillet 2018

Rubens vs Facebook

La vidéo cruelle mise en ligne par la Rubens House suite à la censure d'un tableau de Rubens par Facebook



Sans commentaire !

vendredi 27 juillet 2018

William Johnson photographie l'Inde (c. 1855-1862) - II/IV

William Johnson - Camattee Women - c. 1855-1862
DeGolyer Library, Southern Methodist University - Dallas, Texas
Ne me demandez pas ce que ces photos anglaises font dans la bibliothèque d'une université méthodiste du Texas ! Je n'en sais rien...

lundi 23 juillet 2018

Tsukioka Yoshitoshi - L'art du fait divers japonais au XIXe siècle (III/III)

Tsukioka Yoshitoshi - L'assassinat de la mariée - c. 1875
The Postal News - n°643
LACMA, Los Angeles - Herbert R. Cole Collection


Yoshitoshi
 (1839-1892) est l'un des derniers grands artistes d'estampe ukiyo-e, une école de gravure sur bois japonaise. Il vécut au quotidien le passage de l'époque du Shogunat à l'Ère Meiji, une période où le Japon connut de nombreux changements, l'ouverture à l'Occident n'étant pas le moindre.

Pendant sa carrière, Tsukioka Yoshitoshi subit plusieurs revers de fortune, mais aussi des retours de balancier grâce à la sollicitude de compagnes, dont certaines se seraient même prostituées à son profit. Que cela participe de la légende de l'artiste maudit, c'est possible. Ce qui est certain c'est que le milieu des courtisanes inspirait l'artiste et qu'il a toujours présenté les geishas sous un jour favorable !

Tsukioka Yoshitoshu se consacra, pendant quelques temps, à l'illustration de publications populaires. Si la technique de ces planches n'est pas du niveau de celle ses publications plus ambitieuses, elles n'ont sont pas moins un témoignage de la demande du public. Crimes atroces, situations scabreuses, anecdotes édifiante ou merveilleuses et faits divers sanglants faisaient le succès de ces feuilles qui ne sont pas sans rappeler ce que seront le supplément illustré du Petit Journal en France ou, encore aujourd'hui, la presse tabloïd anglo-saxone.

Les grandes collections japonaises, tout comme quelques institutions occidentales (dont le LACMA de Los Angeles d'où proviennent les illustrations de ce billet), conservent des centaines de gravures de Tsukioka Yoshitoshi (voir bibliographie in fine).


mercredi 18 juillet 2018

Des signes de vie à Londres - Nigel Henderson, vers 1950



Nigel Henderson dans les rues de Londres vers 1950. Il n'a pas photographié que des portraits d'enfants, mais aussi des vitrines et des enseignes...

lundi 16 juillet 2018

Une tentative de photos de charme soviétiques en 1974


Sont-ce les cadrages aléatoires, le ciel nuageux, le figuier ou la coupe des maillots de bain prolétariens ? Je ne sais pas trop, mais il y a quelque chose qui cloche là-dedans !
Le photographe est inconnu et ce n'est peut-être pas plus mal...


mardi 10 juillet 2018

William Johnson photographie l'Inde (c. 1855-1862) - I/IV

William Johnson - Nagar Brahmins - c. 1855-1862
DeGolyer Library, Southern Methodist University - Dallas, Texas
Ne me demandez pas ce que ces photos anglaises font dans la bibliothèque d'une université méthodiste du Texas ! Je n'en sais rien...

Articles les plus consultés