lundi 18 mars 2019

Entre larmes et dégout - Des prostituées vénézueliennes en Colombie


C'est l'un de ces reportages qui font l'honneur des journalistes de l'AFP. C'est peut-être pourquoi ils n'occupent que rarement la une des sites d'information abonnés au fil de l'Agence France Presse.

Florence Panoussian, accompagnée du photographe Raul Arboleda, s'est rendue dans le quartier réservé de Calamar, une petite ville de Colombie, plus connue pour être une plaque tournante du trafic de cocaïne (et accessoirement un refuge pour les dissidents des FARC) que pour la qualité de son infrastructure touristique.

Ce que les journalistes y ont vu, pourrait se produire dans bien des pays. La pauvreté, l'exil, une lente déchéance, la prostitution comme ultime recours.

dimanche 17 mars 2019

Construire des châteaux en... Turquie - Des ruines à l'état de neuf



Construire 732 villas dans un style vaguement néo-gothique flamboyant (comme le dirait le Melon de la Loire) ?
C'était l'idée d'un promoteur turc qui visait une clientèle du Moyen Orient. Malheureusement, la conjoncture en décida autrement et, aujourd'hui, elles sont inachevées et inoccupées...


samedi 16 mars 2019

Auguste de Saxe, le prince tréfileur

C'est Stéphanie Deprouw-Augustin qui m'a fait connaître le prince électeur Auguste de Saxe (August von Sachsen, en allemand). Il était presque chauve, il portait des chapeaux rigolos assortis à des costumes bariolés et il aimait se faire tirer le portrait par Cranach le Jeune.

Lucas Cranach le Jeune - Portrait d'Auguste de Saxe (vers 1572) - Musée de Freiberg

Chef de la ligue évangélique pour le Saint Empire, il demeura cependant en paix pendant tout son règne avec les princes catholiques de la maison des Habsbourg, avec qui il fit front contre les Calvinistes. Bien que père de 15 enfants, il eut assez de loisirs et assez d'argent pour enrichir son cabinet de curiosités.

Le banc d'orfèvre d'Auguste de Saxe - Musée national de la Renaissance d'Ecouen (photo acbx41)

vendredi 15 mars 2019

Les Visiteuses du soir : L'Italienne Rosi Magguilli


A cette heure-ci, les enfants sont couchés !
Les photos de charme du modèle italien Rosi Magguilli..


Shirley Baker - Les gamins de Manchester et de Salford


Shirley Baker n'a pas eu de son vivant (elle est morte en 2014) la reconnaissance du public qu'elle méritait. Peut-être parce que c'était une femme, parce qu'elle n'avait pas besoin de vendre pour vivre (elle était enseignante et était mariée à un médecin), parce qu'elle ne fréquentait pas les bons réseaux.
Mais, c'était surtout parce qu'elle avait pris ces photos de Manchester au mauvais moment. La photographie de rue n'était pas encore à la mode dans les années 60, les photos de Shirley Baker n'étaient pas assez militantes pour la faire connaître dans les milieux de la photographie sociale, les Américains avaient ce qu'il fallait chez eux avec les photographes de la FSA (Dorothea Lange, Walker Evans, etc), en France la place était prise par la photographie humaniste (Doisneau & consorts).
Environ 90% des photos de Shirley Baker représentent des femmes ou des enfants. C'est, en partie, un choix de la photographe. C'était aussi une conséquence. Dans les années 60, le chômage de masse n'avait pas encore frappé Manchester. Aux heures où Shirley Baker opérait, les hommes travaillaient !


mardi 12 mars 2019

Les mensonges toujours répétés des Taliban





Dans leur dernière déclaration au sommet de Moscou, les Taliban ont déclaré: "Nous ne permettons à personne, y compris les pays voisins, d'utiliser le sol de l'Afghanistan contre d'autres pays." Bien qu'ils utilisent un langage similaire depuis des années, il s'agit d'une affirmation manifestement fausse. Les taliban ont continuellement travaillé aux côtés d'organisations djihadistes ayant des aspirations régionales et mondiales, y compris Al-Qaïda.
Quoi qu’il en soit, Zalmay Khalilzad, représentant spécial des États-Unis pour la réconciliation en Afghanistan, semble impatient d’accepter les assurances des talibans. Après une série de pourparlers à Doha fin janvier, Khalilzad a affirmé que «des progrès significatifs» avaient été accomplis «sur deux questions vitales: la lutte contre le terrorisme et le retrait des troupes».


lundi 11 mars 2019

Les rondeurs et les courbes de l'Ukraine (bis)


Je sais que j'ai déjà rendu compte de cette manifestation culturelle (voir ici)
Mais comme je suis un peu chez moi, je fais à peu près ce que je veux. Y compris poster des billets en doublon !
(Photos : Sopa Images, via Getty Images)


dimanche 10 mars 2019

Blackout au Venezuela


D'après les Merluchoniens Canal Historique, c'est un complot !


Rondes et Vegan


J'avoue ne pas avoir tout compris. S'agit-il d'une performance de body-art ? D'une manifestation pour la cause des rondes ? De militantes pour la cause animale ? Ou un mix de tout ça ?
Quoi qu'il en soit, c'était à l'occasion de la Journée Internationale de la Femme et ça se passait dans les rues de Beverly Hills.
(Photos de Chelsea Guglielmino)


1968 - Des photos inédites de Brigitte Bardot à Londres

Ray Bellisario - Brigitte Bardot (Londres, 1968)
Un passage au pub, puis shopping !

vendredi 8 mars 2019

Ces grandes dames du Corps Expéditionnaire Français en Italie (Printemps 1944)


Tout blogueur qui se respecte (et même ceux qui ne sont pas respectables) se doit de consacrer un billet aux femmes le 8 mars, Journée Internationale des droits des femmes oblige.

Tant qu'à respecter cette coutume, autant consacrer ce billet à de TRES GRANDE DAMES. Elles ont combattu au sein du Corps Expéditionnaire Français au printemps 1944, quelque part en Italie.


A propos de Contre le libéralisme d'Alain de Benoist


Comme c'est Libé qui l'écrit, c'est que ça doit être vrai :
Alain de Benoist, le théoricien de la «Nouvelle Droite»
A 75 ans, Alain de Benoist est le véritable ancêtre du «confusionnisme politique». Penseur, philosophe et sociologue, il fonde dans les années 70 la Nouvelle Droite, courant de pensée également connu sous l’acronyme Grece (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne), destiné à diffuser les idées identitaires et nationalistes. Celui qui se sent proche de Jean-Claude Michéa, ennemi du libéralisme économique et culturel, tente de faire sauter les digues entre penseurs de tous bords via son magazine d’idées Eléments fondé en 1968. Le bimestriel y accueille des intellectuels de gauche et de droite en semant sur son passage la plus grande confusion intellectuelle.
Y'a pas à dire, Simon Blin, tchékiste à Libération, récite consciencieusement le catéchisme des confusionnistes médiatiques..

Déjà en 2002, Alain de Benoist avait publié un court essai sous le titre Critique de l'idéologie libérale.
En novembre 2018, Johnathan Razorback en a fait une critique sévère sur Oratio Obscura.
Michel Geoffroy sur Polemia est bien plus convaincu par les thèses d'Alain de Benoist.
L'occasion aussi de constater (une fois de plus), la pauvreté du discours véhiculé par Libération. A croire que ce quotidien ne cible qu'une clientèle de crétins à l'image de son personnel.


« Contre le libéralisme », le nouvel essai d’Alain de Benoist qu’il faut lire.

Le titre du nouvel essai d’Alain de Benoist – Contre le libéralisme – est des plus explicite et ne surprendra pas ceux qui connaissent son œuvre philosophique et politique. Le sous-titre de l’essai est également très clair : « La société n’est pas un marché ».
A l’évidence, Alain de Benoist ne se réclame pas du libéralisme mais de sa critique.
Car l’auteur nous livre, dans cet essai dense et documenté de nombreuses références érudites, un appareil critique méthodique de l’idéologie libérale, de ses fondements comme de ses conséquences.
Un ouvrage qui tranche par conséquent avec la doxa libérale/libertaire du Système et pour cette raison un essai novateur.

jeudi 7 mars 2019

L'Arctique, futur point chaud ? 1) Vu des USA

Quand les États-Unis, la Russie et la Chine s'intéressent en même temps à un coin de la planète, c'est généralement le signe que c'est un futur point chaud.
Quand un chercheur de la Rand Corporation publie une note de synthèse sur le sujet, ce n'est jamais anodin.
Les phoques, les pingouins et les ours de l'Arctique vont avoir beaucoup de visiteurs dans les prochains temps...

U. S. Navy photo by Chief Yeoman Alphonso Braggs

Les cartes traditionnelles faussent la réalité de l'Arctique. La projection de Mercator centrée sur l'équateur déforme les distances et les aires (d'autant plus qu'on se rapproche du pôle). Par contre une carte de l'Arctique centrée sur le Pôle Nord permet mieux de comprendre tous les conflits potentiels dans cette région et la proximité géographique de la plupart des protagonistes.

Source : Le Monde diplomatique

L'article de Stéphanie Pezard pour War on the Rocks est centré sur la diplomatie arctique des États-Unis - un autre volet du problème.


En décembre, le secrétaire de la Marine, Richard V. Spencer, a déclaré que la crainte qu'un grand navire de croisière subisse des dommages catastrophiques dans l'Arctique lui causait des insomnies : «Pouvez-vous imaginer un navire de croisière de Carnival ayant un problème, et les Russes chargés de la recherche et du sauvetage? » Il a ensuite plaidé pour une présence plus forte de la marine américaine dans l'Arctique, notamment avec l'ouverture d'un port stratégique en Alaska et des Opérations de Liberté de la Navigation (FONOP = Freedom Of Navigation OPeration) dans la région.


mercredi 6 mars 2019

Pétrole de schiste : Le problème secret de la fracturation

En complément au billet : Introduction à la géopolitique du pétrole, publié il y a quelques jours...
Cet article du Wall Street Journal sur les puits de schiste aux USA : Fracking's secret problem (traduction les-crises)


Le problème secret de la fracturation - La production ne suit pas.


Des milliers de puits de schiste forés au cours des cinq dernières années produisent moins de pétrole et de gaz que leurs propriétaires ne l’avaient prévu pour les investisseurs, ce qui soulève des questions quant à l’intensité et la rentabilité du boom économique qui a fait des États-Unis une superpuissance du pétrole.


samedi 2 mars 2019

Alain de Benoist - Le libéralisme est d'abord une erreur anthopologique




Breizh-info.com : Vous publiez un nouvel ouvrage intitulé « Contre le Libéralisme – la société n’est pas un marché ». Pourquoi est-ce important de préciser dès l’introduction que c’est à une critique de l’idéologie libérale que vous vous livrez, et pas à un plaidoyer pour la bureaucratie ou à attaque contre la liberté d’entreprendre, de circuler, d’agir, de penser, au libre arbitre ?
Alain de Benoist :  Ceux qui me connaissent auront du mal, je crois, à m’imaginer en adversaire du libre arbitre ou en défenseur de la bureaucratie ! Si j’ai pris la peine d’expliquer, dès le début de mon livre, qu’il faut d’abord s’attaquer aux fondements théoriques de l’idéologie libérale, c’est d’abord parce que celle-ci ne peut être attribuée à un seul auteur. Le « marxisme » est tout entier sorti de la pensée de Marx, mais le libéralisme a de multiples « pères fondateurs », ce qui fait qu’il s’est présenté, depuis deux siècles, sous des aspects parfois très différents. La distinction traditionnelle entre libéralisme politique, libéralisme économique et libéralisme philosophique a encore obscurci les choses au lieu de les éclairer.


vendredi 1 mars 2019

Adolf Hitler - La collection privée de peintures du Führer

Adolf Hitler avait-il en matière d'art aussi mauvais goût qu'on peut souvent le lire  ? Ou, au contraire, avait-il l'oeil d'un artiste, comme on peut le lit plus rarement ? Petit bourgeois inculte ou esthète méconnu ?
Un album conservé à la Bibliothèque du Congrès  (Washington) permet de nuancer ces opinions tranchées. Titré "Katalog der Privat-Gallerie Adolf Hitler's", il comprend 72 reproductions de peintures et 2 tapisseries. On y trouve de nombreux paysages alpestres, des scènes de genre, des portraits de famille ou de proches collaborateur (Geili Raubal - la nièce d'Hitler qui s'est suicidée en 1931; Klara Hitler - sa mère; Alois Hitler - son père; Hans Streck - son chauffeur qu'il connaissait depuis le putsch de Ludendorff en 1923), mais aussi quelques nus (dont plusieurs versions de Vénus et Cupidon), des ruines italiennes,  un Canaletto ou un Cranach (aujourd'hui exposé à la National Gallery) !

Le Cranach de la collection privée d'Adolf Hitler

Les pièces du dossier pour vous faire votre opinion !

mercredi 27 février 2019

Retrait soviétique d'Afghanistan - De nouveaux documents déclassifiés


Ce n'est pas un scoop ! De nouveaux documents déclassifiés démontrent que les États-Unis ont (trop) longtemps joué un jeu trouble en Afghanistan, en particulier en soutenant les fondamentalistes religieux (basés au Pakistan) dans leur lutte contre les Soviétiques.

Les munitions forment l'expression "Adieu Afghanistan" (en russe)


Washington DC, le 27 février 2019 - L'Union soviétique a retiré ses forces militaires de l'Afghanistan il y a 30 ans ce mois-ci sans parvenir à une démilitarisation ni à la réconciliation nationale, y compris des élections libres, pourtant recherchées lors de négociations avec les États-Unis, selon les documents déclassifiés publiés aujourd'hui par le site National Security Archive.

Les documents montrent que la position des Etats-Unis a changé du "retrait mutuel de toutes les forces extérieures" (comme l'a dit le président Reagan à Mikhail Gorbatchev à Genève en novembre 1985), à l'insistance sur le maintien du soutien en armement aux Moudjahidine afghans en 1988 (comme l'a dit, en tant que conseiller à la sécurité nationale, Colin Powell au secrétaire d’Etat George Shultz alors que ce dernier semblait favoriser «la retenue mutuelle»), au refus de plans d'élections libres en 1990 si elles permettaient au président en exercice de Kaboul, Najibullah (soutenu par l’Union soviétique) de se présenter. L’objectif principal des États-Unis était de provoquer un retrait de l’armée soviétique et, dès 1988, d’autres facteurs sont apparus, tels que les relations des États-Unis avec le Pakistan, l’engagement du Congrès en faveur de la résistance afghane et l’insistance des États-Unis sur le fait que Najibullah devait s'en aller.

Quand Facebook censure un artiste dégénéré

Tout le monde sait que les taliban qui assurent la censure sur Facebook ne brillent pas par leur culture. Ils sont à l'image de leurs patrons.
Par le passé, ils ont déjà censuré, Un Christ dénudé de Rubens, La Naissance du monde de Courbet et même La Vénus de Wilendorff. La bande à Mark Zuckerberg vient d'ajouter E.L. Kirchner à cette liste..

J'avais posté sur facebook une copie de ce billet : Ernst Ludwig Kirchner, le peintre comme photographe, (les photos m'ayant été fournies par le service de presse du musée)

Ce qui a posé problème, c'est cette photo :

E.L. Kirchner - Elisabeth Hembus as lying nude in the Wildbodenhaus, ca. 1930, Glass negativ, Kirchner Museum Davos, Donation Estate Ernst Ludwig Kirchner 1992

La photo a été supprimée par le robot de Facebook. J'ai, sans succès, déposé une réclamation, essayant de faire comprendre qu'il s'agissait d'une oeuvre d'art, que l'odalisque est un thème courant dans l'art européen, que cette photo est à mettre en rapport avec des tableaux de Kirchner et l'histoire de l'art, etc.. Rien n'y a fait. La décision a été maintenue après intervention humaine.

Ironie de l'histoire, E.L. Kirchner avait été considéré comme un artiste dégénéré par les nazis (cf l'exposition Entartete Kunst de 1937) et ses oeuvres avaient été retirées des musées allemands.
Aujourd'hui, c'est Facebook qui prend le relais... Mêmes causes, mêmes effets ?

PS : S'il avait fallu retirer une photo, j'aurais plutôt choisi celle-ci !
E.L. Kirchner - The Bildhaueratelier (Sculptor's studio) next to the Wildbodenhaus (sculptures by Hermann Scherer and one by Kirchner), 1924, Glass negativ, Kirchner Museum Davos, Donation Estate Ernst Ludwig Kirchner 1992

Quoi qu'il en soit, l'exposition est ouverte à tous (sauf aux taliban de Facebook qui pourraient y voir la représentation d'activités sexuelles) :

Jusqu'au 16 juin 2019

Museum der Moderne - Salzbourg


Géopolitique - La crise du Cachemire et ses implications

Près de 20 ans après les affrontements entre l'Inde et le Pakistan sur les hauteurs de Kargil - la deuxième fois de l'histoire seulement où des rivaux dotés d'armes nucléaires ont mené une guerre directe - les deux rivaux sud-asiatiques se sont confrontés, une fois de plus, autour du Cachemire.


Jeudi dernier, un SUV chargé d'explosifs a percuté un bus transportant des forces paramilitaires indiennes le long de la route nationale Jammu-Srinagar dans le Cachemire indien, faisant plus de 40 morts. Des vidéos et des images du chauffeur, Adil Ahmad Dar, se déclarant membre de l'organisation terroriste basée au Pakistan Jaish-e-Mohammad (JeM) ont commencé à circuler. De manière prévisible, l’Inde a rapidement condamné le Pakistan pour avoir orchestré l’attaque, exigé le démantèlement de l’infrastructure terroriste et la cessation de l’appui du Pakistan au terrorisme, et a commencé à envisager des mesures de représailles. Le Premier ministre Narendra Modi a déclaré qu'il avait "laissé toute la liberté des forces de sécurité pour réagir" à l'attaque, provoquant une réponse télévisée du Premier ministre pakistanais, Imran Khan, quelques jours plus tard.

Drivers, Decisions, Dilemmas: Understanding the Kashmir Crisis and its Implications - Sameer Lalwani and Emily Tallo 

mardi 26 février 2019

Jean Harlow - L'art du drapé



En 1929, Jean Harlow est déjà blonde, mais elle n'est pas encore le sex-symbol qu'elle deviendra au début des années 30. Elle n'a que 18 ans et n'a fait que quelques courtes apparitions dans des films aujourd'hui oubliés. Elle fut cependant repérée par Edwin Bower Hesser, un photographe d'Hollywood spécialisé dans les photos de stars et de starlettes.
Son coup de chance, Jean Harlow le doit à une figuration dans un film de Laurel et Hardy. Un collaborateur d'Howard Hughes traine sur le plateau et c'est Laurel qui la fait remarquer à Arthur Landau. Laurel, en homme de goût, préférait les femmes aux voix rauques. Ça tombait bien, Howard Hughes était dans l'obligation de remplacer Greta Nissen, une blonde d'origine norvégienne, mais à l'accent trop marqué pour un film parlant.
Un critique du magazine Variety écrivit à propos de Jean Harlow lors de la sortie des Anges de l'Enfer :
Le degré de talent manifesté par Jean Harlow n'a guère d'importance, les garçons ne manqueront pas de mener grand tapage à propos de cette fille qui est la créature la plus sensuelle apparue à l'écran depuis un certain temps. Elle jouera toujours le même rôle, mais il n'est personne qui, possédant ce qu'elle possède, soit jamais mort de faim !
Tout le monde connait la suite. Jean Harlow deviendra vite la "Blond Bombshell" ou la "Platinum Blonde", avant de mourir en 1937 à l'âge 27 ans.


lundi 25 février 2019

La Révolution iranienne de 1979 et les services de renseignement US

Il n'est jamais trop tard pour apprendre (ou pas) de ses erreurs. La révolution iranienne de 1979 : Échecs (et quelques réussites) des services de renseignements et diplomatiques.


La National Security Archive vient de publier une première série de documents sur le sujet. Ce n'est qu'une mise en bouche; elle annonce pour 2019, la publication de 2500 documents déclassifiés.

L'examen des documents produits par les services de renseignement et les diplomates américains suggère que, malgré d'importantes erreurs, des informations substantielles étaient à la disposition des décideurs. 

samedi 23 février 2019

Géopolitique : Du rififi aux Chagos


Ce n'est pas la première fois que l'archipel des Chagos fait l'actualité géopolitique. Depuis de nombreuses années, Maurice revendique ces îles situées à plus de 2000 km de Port-Louis, ce qui lui permettrait d'étendre sensiblement sa zone d'exclusivité économique. Londres et Washington s'y opposent pour pérenniser leur implantation militaire dans l'océan Indien, en particulier la base américaine de Diego Garcia (un véritable porte-avion !). A noter que la France ne semble pas être particulièrement impliquée; elle a pourtant des intérêts stratégiques dans cette région !



vendredi 22 février 2019

Vivien Hoch - Les médias et la vérité, le grand mensonge

J'ai pêché ce billet de Vivien Hoch chez Polemia. Jean-Yves Le Gallou n'a pas toujours bonne presse. Raison de plus pour, compte tenu du sujet traité, d'au moins prêter attention à ce que sa 'Fondation identitaire' publie !

 

Vivien Hoch - Les médias et la vérité, le grand mensonge

La devise du New York Times énonce : « Toutes les nouvelles qui méritent d’être imprimées ». Il n’y a rien de plus faux. Chaque jour, le journaliste détermine ce qui est important, ce que nous devrions savoir. Il fait le tri entre les informations et choisit la manière de les présenter.


Les journalistes des grands journaux se targuent de maîtriser leurs préjugés et de fournir une information « experte ». « Ils se voient comme les défenseurs des valeurs occidentales progressistes, nous protégeant des nouvelles qui ne méritent pas d’être imprimées, pornographie, propagande ou publicités déguisées en informations. Tels des conservateurs de musée, les rédacteurs du NYT organisent notre vision du monde », écrit Scott Galloway, professeur à la New York University, qui a été au comité de direction du New York Times [1]. « Lorsqu’ils sélectionnent les informations qui feront la une, ils établissent le programme des journaux radio et télévisés, la vision dominante de l’actualité partagée par la planète ».

jeudi 21 février 2019

mercredi 20 février 2019

Lea Gabrielle - La TV mène à tout à condition d'en sortir

Imaginerait-on Ruth Elkrief en pilote de chasse, Léa Salamé comme agent de la DGSE ou Christophe Barbier dans un commando d'infanterie de marine ? L'administration Trump l'a fait !




Le 7 février, le Secrétaire d'État Mike Pompeo a annoncé aux employés du département d'État la nomination de Lea Gabrielle, ancienne correspondante de Fox News et vétéran de la marine américaine comme Envoyé Spécial et Coordinateur du Global Engagement Center (GEC). Le CEG est chargé de diriger les efforts du gouvernement américain pour contrer la propagande et la désinformation des organisations internationales de terroristes et des pays étrangers. Son travail est centré sur quatre domaines principaux: la science et la technologie, l'engagement interinstitutions, l'engagement des partenaires et la production de contenu.
Mike Pompeo dit que « L'expérience de Léa fait d'elle un excellent choix pour ce poste. C'est un ancien officier des opérations de renseignement humain formé par la CIA, un officier de liaison avec la Défense étrangère, un directeur du programme de la marine américaine, un pilote de chasse F / A-18C de la Marine et un correspondant de télévision nationale. Elle a dirigé des opérations mondiales de collecte de renseignements stratégiques clandestins. Elle a également participé à des opérations antiterroristes tactiques dans des environnements hostiles avec la Naval Special Warfare (SEAL). »  
Le secrétaire Pompeo a terminé son annonce par : « Nous devons gagner la lutte contre la propagande et la désinformation. Sous le leadership visionnaire de Lea , les États-Unis seront mieux protégés de ceux qui tourneraient les cœurs et les esprits contre nous ».
(source : Diplopundit

Articles les plus consultés